Comment calculer le taux d’endettement

Le taux d’endettement est une notion comptable importante qui s’applique autant sur les entreprises que sur les particuliers. 

En ce qui concerne les particuliers, le taux d’endettement correspond au rapport entre le revenu  mensuel de la personne concernée et ses différentes charges financières. 

Pour les entreprises, le taux d’endettement correspond au rapport entre les dettes et les capitaux propres. Autrement dit,  cela consiste à comparer le niveau de dette d’une entreprise par rapport à la valeur de ses capitaux  propres.    

De manière générale, le taux d’endettement est un critère de solvabilité, car, elle traduit la capacité d’une entreprise à payer son échéance en temps et en heure prévue. Elle sert aussi de garantie pour les créanciers dans la mesure où ils savent que même en situation d’arrêt total des activités, l’entreprise pourra couvrir ses dettes sans problème.

La pertinence des endettements

Comme vous pouvez très bien l’imaginer, l’endettement est un bon moyen pour une entreprise de se financer en dehors des deux autres formes de financement conventionnelles  que sont l’autofinancement et l’augmentation du capital.

Même si cela peut paraître d’une certaine manière bizarre, faire recours à l’endettement est une approche très courante tant bien dans les milieux professionnels que dans les ménages. Néanmoins, pour bénéficier des avantages de l’endettement,  il est très important de comprendre tous les mécanismes et contraintes qui régissent cet endettement.    

Le taux d’endettement quant à lui se présente alors comme un moyen qui permet ainsi de faire une appréciation de la bonne maîtrise ou pas d’une stratégie de développement ainsi que de l’exposition au risque d’une entreprise. 

Type de taux d’endettement

Il existe de nombreux taux d’endettement à l’endroit de  diverses personnes morales et physiques. Cela implique divers éléments comptables nécessaires pour pouvoir tirer des conclusions. Nous pouvons classer les types de taux d’endettement en 3 grandes catégories à savoir :

  • Le taux d’endettement global : ce type de taux d’endettement consiste à faire une comparaison entre l’ensemble des dettes de l’entreprise au capital de cette dernière sans oublier ses différentes réserves ainsi que les résultats nets de l’exercice de cette dernière. Pour calculer ce type de taux d’intérêt, rien de plus simple. Il vous suffit de poser la formule suivante : Taux d’endettement global= total des dettes/capitaux propres

Ici si le taux global est à titre d’exemple 2, la conclusion selon laquelle il existe 2 euros de dette contractée pour environ 1 euro de capital investi, peut être tirée.

  • Taux d’endettement financier : en ce qui concerne ce type d’endettement, le but est de faire ressortir l’engagement vis-à-vis des banques ainsi que le ratio représentatif de la situation à long terme de l’entreprise. Sans toutefois prendre en considération les dettes d’exploitation, le calcul du ratio  va se faire sur la base d’une comparaison des capitaux propres aux différentes dettes de nature financière comme les emprunts, les crédits bancaires, les avances ainsi que les créances.

Taux d’endettement global= dettes financières/capitaux propres

  • Taux d’endettement réel : ce taux d’endettement est le plus représentatif de la véritable situation de l’entreprise d’un point de vue financier.  Ici on prend en considération l’ensemble des dettes (dette de court et long terme) que l’ont soustrait par la suite à la trésorerie (disponibilité). En grande partie, c’est ce taux d’endettement que les investisseurs et les banques considèrent véritablement. Pour faire le calcul du taux d’endettement réel, il vous faut tout simplement appliquer cette formule.

   Taux d’endettement net (en%) = Dette nette / Capitaux propres

 

Quel est le taux d’endettement maximal autorisé pour les particuliers ?

Un taux endettement maximum n’est défini dans aucun texte légal. Le Haut Conseil de stabilité financière, (HCSF), formule périodiquement des recommandations. Les recommandations de décembre 2020 fixent un taux d’endettement maximal de 35% des revenus de l’emprunteur. Il semble raisonnable de consacrer un tiers de ses revenus au remboursement de ses emprunts.

Ces recommandations sont généralement suivies par les banques, mais celles-ci peuvent les adapter à la situation de chacun. La HSCF précise que les banques peuvent s’écarter de ses recommandations jusqu’à 20% des cas de financement. Un cas sur cinq !

Il est possible de signer des prêts avec un taux d’endettement supérieur à 35 %, à condition que le dossier de financement contienne des éléments cohérents. Chaque banque a ses propres critères, ratios et systèmes plus ou moins automatisés d’évaluation des prêts. Plusieurs données sont prises en compte dans l’évaluation globale d’une demande de prêt. Parmi elles, le montant de l’apport personnel, la capacité à épargner chaque mois et la gestion des comptes. Les revenus sont également pris en compte.

Il sera beaucoup plus facile de déroger à la règle des 35 % pour les cas suivants :

  • Prêts avec une courte période de remboursement : En cas de difficultés de remboursement, le prêteur peut facilement prolonger la durée du prêt tout en réduisant la mensualité.
  • Revenu élevé Les établissements de crédit sont plus susceptibles d’accorder une dérogation si le revenu restant est déjà très élevé. Il ne s’agit pas seulement du pourcentage. C’est le montant qui est alloué à la vie de la famille en fonction de sa composition. Chaque cas est évalué individuellement.
  • Des situations professionnelles stables, comme celles des fonctionnaires : C’est une garantie supplémentaire qui permet aux prêteurs d’être plus souples sur le montant maximal de la dette qu’ils acceptent.
  • L’âge de l’emprunteur : Le jeune peut espérer une augmentation de son salaire à l’avenir.
  • Le saut de charge est la différence entre le montant payé pour le loyer et le montant dû sur une base mensuelle pour obtenir un crédit immobilier.
  • L’épargne : Comme toujours, les banques sont rassurées par une épargne régulière !

Comment faire une interprétation d’un taux d’endettement

Contrairement à l’imagination populaire, le taux d’endettement d’une entreprise ne doit pas toujours être très faible. En effet, si ce taux est considérablement faible, cela traduira tout simplement l’incapacité pour l’entreprise à prendre des risques.  Alors que pour la plupart des investisseurs, il est important de travailler avec des entreprises qui maîtrisent l’utilisation de l’effet levier. Ils apprécient les entreprises   qui ont un rendement sur capitaux propres plus important que le rendement économique de ces dernières.

Ne perdez pas de vue que l’endettement à un objectif qui est celui qui consiste à booster les performances de l’entreprise au-delà de ce que cette dernière pourrait faire uniquement avec l’aide de ses réinvestissements et augmentation du capital.  

LAISSER UN COMMENTAIRE

seize − 13 =

0 Partages
0 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez