Comment prévenir les risques professionnels

Comment prévenir les risques professionnels

En entreprise, les risques pour vos salariés peuvent être bénins comme peuvent être graves pour la santé de vos salariés. Un accident « grave » est vite arrivé. Mieux connaître les dangers et la pénibilité professionnels dans l’exercice de fonction de vos salariés relève de votre responsabilité en tant qu’employeur. En tant qu’employeur, vous devez vous conformer à des obligations et documents afin de réduire les risques professionnels. 

Définition et causes des potentiels risques professionnels 

Un risque professionnel est la probabilité qu’un événement mette une personne dans une situation dangereuse dans le cadre de l’exercice d’un métier. La notion de risque professionnel fait donc ressortir l’éventualité permanente de toutes les situations de travail plus ou moins probable et dommageable selon la nature du travail et des conditions dans lesquelles l’activité professionnelle est exercée. 

Généralement, deux principaux critères permettent de faire une évaluation des causes liées aux risques professionnels : parmi ces critères, nous avons : 

  • La probabilité de l’événement non souhaité
  • La gravité du dommage causé, par son intensité et/ou son étendue

En combinant ces deux critères, il est donc évident de comprendre que les causes liées aux risques professionnels sont nombreuses. Ainsi, elles peuvent être :  

  • Les contraintes psychologiques
  • L’utilisation constante des produits chimiques
  • L’exposition à la radioactivité 
  • Des chutes ou des mauvaises postures lors des heures de service
  • L’utilisation régulière de certains outils lourds ou contraignants
  • Emploi d’une énergie (mécanique, chimique ou physique) mal maîtrisée

De ces causes, les risques peuvent être classés en fonction de leur nature à savoir :  

  • Risques professionnels psychologiques : en ce qui concerne les risques psychologiques, ils font allusion aux agressions physiques ou verbales sur le lieu de travail par un supérieur hiérarchique, un client, un fournisseur, ou par toutes personnes liées de prêt à la vie professionnelle. Il peut aussi s’agir d’un stress managérial, d’un harcèlement sexuel ou d’un harcèlement moral comme le chantage.
  • Risques professionnels biologiques : il s’agit ici d’une exposition aux agents infectieux de divers ordres comme les bactéries, les virus, les parasites ou les fongiques. Les risques biologiques englobent également l’exposition aux allergisants par inhalation, piqûre, morsure.
  • Risques professionnels radiologiques : il s’agit ici de toute activité professionnelle impliquant l’existence de radiations ionisantes et radioéléments. L’existence de rayonnements laser, de radiations UV et IR, et d’autres types de  rayonnements électromagnétiques. 
  • Risques professionnels mécaniques : les risques mécaniques font allusion à des projections de diverses particules solides ou de matière incandescente, des coupures ou perforations par des outils de travail. Il s’agit également des gestes répétitifs ou des contraintes de mauvaises postures ainsi que des écrasements par des chutes de véhicules ou d’objets sans oublier des heurts causés par des parties mobiles en mouvements d’un véhicule ou d’une machine. 
  • Risques professionnels chimiques : l’aspect chimique fait allusion à l’exposition à  des substances chimiques de diverses manières (inhalation, contact avec la peau ou encore par ingestion). Il s’agit également de l’exposition à des produits cancérigènes, mutagènes, toxiques, corrosifs, allergisants, irritants qu’ils soient sous la forme liquide, gazeuse ou solide.

Les conséquences liées aux risques professionnels

Bien que la conception de risque de travail ne cesse d’évoluer avec notamment l’apparition des nouveaux types de risques liés aux pesticides, à la nanotechnologie, aux perturbateurs endocriniens et à la radioactivité, les potentielles conséquences de cette notion de risque peuvent être classées en deux grandes catégories à savoir : 

  • Les accidents de travail : un accident de travail est un événement non souhaité et imprévu lors de l’accomplissement d’une activité professionnelle.  

En d’autres termes, c’est un événement inopiné qui survient pendant ou à cause de l’exécution du contrat de travail  produisant ainsi par la même occasion divers dommages corporels comme les coupures, perforation, fracture d’un membre, brûlure, lombalgie, etc. 

  • Les maladies professionnelles : la maladie professionnelle est la conséquence directe de l’exposition à plus ou moins longue et/ ou régulière d’un travailleur ayant un rapport causal déterminant sur la survenue de la maladie.  

 Elle englobe : 

  • Les affections diverses à l’instar des affections respiratoires et cutanées
  • Des lésions ostéo-articulaires 
  • Des troubles musculo-squelettiques  comme le syndrome carpien, la tendinite, la cervicalgie, etc. 
  • Maladies infectieuses comme la COVID-19, l’hépatite, le VIH, le tétanos…
  • Les cancers professionnels 

Les mesures de prévention des risques professionnels

La prévention des risques professionnels est l’une des  obligations pour l’employeur. Il s’agit de l’ensemble des dispositions mises en place pour garantir la sécurité et la santé des salariés. Comme l’indiquent les dispositions relatives au Code du travail au travers de l’article  L. 4121-1 et L. 4121-2, l’employeur  doit prendre des mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. 

La réussite de la mise en place des mesures de  prévention par rapport aux risques professionnels passe par une synergie d’effort et d’apport de compétences qui implique d’une part l’employeur, les salariés et les représentants des salariés  qui se trouvent au cœur des situations de travail au quotidien et d’autre part, des compétences médicales, techniques et organisationnelles.  Cette synergie et l’apport des compétences peuvent se résumer en 9  principes à savoir : 

  • Éviter au maximum les risques : toutes les parties prenantes de la politique de prévention doivent supprimer les dangers ou éviter d’exposer les salariés aux dangers. 
  • Faire une évaluation des risques qui ne peuvent pas être évités : c’est à la suite de l’évaluation des risques que des actions précises de prévention pourront être élaborées. 
  • Combattre le risque à la source : ce principe permet de privilégier la prévention à tous les niveaux (équipement, espace de travail, processus…) 
  • Adapter le travail à l’homme et non le contraire : adaptez les équipements, le poste de travail et les méthodes de travail pour que les conditions de travail soient les plus optimisées pour garantir un bon état de santé au salarié. 
  • Prendre en considération l’état d’avancée des techniques : l’idée ici est d’adapter la prévention aux évolutions techniques et organisationnelles.
  • Réduire constamment le danger : pour le faire, il faut remplacer ce qui est dangereux par ce qui est moins dangereux ou si possible, par ce qui ne l’est pas tout simplement. 
  • Faire une planification de la prévention : cette planification doit prendre en compte de manière cohérente la technique, l’organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales ainsi que l’influence des facteurs ambiants. 
  • Définir et mettre sur pied des mesures de protection collective tout en privilégiant aussi  les mesures individuelles de protection individuelle. 
  • Donner des instructions adéquates aux travailleurs : ce principe passe par des séminaires de formation et d’information pour que les salariés prennent conscience des risques et des différentes mesures de prévention. 

Votre cabinet comptable peut vous aider dans l’analyse de ces risques mais d’autres sociétés (comme ABP Psycho-Ergonomie se sont spécialisées dans ce genre de conseil.

Tout prévenir dans un document unique d’évaluation des risques 

Les résultats et mesures d’une évaluation des risques professionnels doivent être retranscrits et consignés dans un document que l’on nomme le « document unique ».Le document unique d’évaluation des risques est mis à la disposition des employés, du CSE, du médecin du travail, des délégués du personnel ou encore de l’inspecteur du travail pour que ces derniers puissent facilement en prendre connaissance. En l’absence de document unique, l’entreprise peut faire l’objet de sanctions pénales. Dans les entreprises de plus de 50 salariés, il est obligatoire d’élaborer un programme annuel de prévention des risques. Ce dernier doit être établi à l’aide du dernier document unique qui a été établi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

six + 17 =

0 Partages
0 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez