Reskilling, le nouveau mode de recrutement

Que ce soit pour des raisons volontaires ou des contraintes professionnelles, il peut arriver qu’un salarié ait envie de changer de profil professionnel. En effet, cela peut s’expliquer d’une part par les  profondes mutations socio-économiques qui impactent la majorité des entreprises de la plupart des secteurs d’activité, et d’autre part de la volonté d’un salarié de changer de couloir pour expérimenter d’autres aventures professionnelles.

La pandémie du covid  a mis en lumière des disparités professionnelles.

D’un côté, ces changements brutaux de fonctionnement ont créé des tensions, des peurs, des angoisses, des violences, des incertitudes chez les salariés. Beaucoup ont envie de changer de métier. Un baromètre d’OpinionWay pour Empreinte humaine réalisé fin octobre 2020 révèle que pour 42 % des salariés interrogés, leur travail leur plaît moins qu’auparavant, que pour 35 % la crise leur a fait comprendre qu’il n’a pas de sens pour eux et que 49 % reste dans leur entreprise faute de trouver mieux.

D’un autre côté, trop d’entreprises qui recrutent ne trouvent pas de candidats pour leurs postes ouverts. En cause des disparités régionales en termes d’offres et demandes d’emplois, des salariés pas assez formés aux nouveaux besoins numériques, réglementaires, des métiers en pénuries de candidats et pire, l’apparition de nouveaux métiers dont il n’existe pas encore de formation. Selon le rapport sur Le futur du travail en Europe, 60% des métiers seront impactés par les technologies numériques et verront 30 à 40% de leurs tâches quotidiennes automatisées d’ici 2030.  Les entreprises sont en train de comprendre qu’avec la mutation numérique et cette pandémie que la formation devient l’arme ultime pour survivre et employer des collaborateurs opérationnels. Les entreprises se doivent d’accompagner leurs collaborateurs  à se former et s’adapter à ces nouveaux métiers, ces nouveaux besoins.

Quelques chiffres : 

Selon l’ATD, plus de 43% seront automatisés d’ici les 10 prochaines années. Ces chiffres posent la problématique du besoin continuel d’acquérir de nouvelles compétence pour se rendre indispensable.

56% des entreprises font une prédiction de perte de compétitivité liée à un manque de compétences.

53% des personnes actives pensent que l’automatisation va probablement changer leur métier d’ici les prochaines 10 années.

La solution : le reskilling

Le Reskilling peut être considéré comme étant une formation destinée à aider des personnes à acquérir de nouvelles compétences nécessaires pour un changement de métier ou la prise de fonction d’un poste en entreprise.

Cette acquisition de nouvelle compétence intervient généralement après le recrutement  d’un nouveau salarié à un poste de responsabilité qui n’a rien à voir avec ce qu’il a toujours eu l’habitude de faire professionnellement.

Dans le cadre du recrutement du nouveau personnel dans une entreprise, la direction des ressources a des priorités concernant certains aspects des postulants. Dans le cadre du reskilling,  la majorité des employés sont recrutés sous la base d’un aspect important qui est celui du savoir-être (motivation et la personnalité) par rapport à celui du savoir-faire.

Par la suite, le candidat recruté sera ainsi formé pour qu’il puisse acquérir des nouvelles compétences nécessaires pour la réalisation de toutes les missions liées à son nouveau poste.

Pourquoi faire du reskilling

Faire du reskilling confère plusieurs avantages parmi lesquelles :

Une possibilité de recrutement même en cas de difficulté :   il peut arriver que pour un poste bien déterminé, qu’il n’existe pas de profil disponible. Pour ne pas laisser le poste vacant pendant une longue période, la direction des ressources humaines peut opter de recruter un postulant chez qui ils auront décelé certaines capacités.

Un regard nouveau par rapport au poste : afin de booster des rendements liés à un poste ou une activité,  il peut souvent être important de faire une remise en question globale sur la manière de procéder. Ainsi, un nouveau postulant peut avoir une vision différente, mais constructive que lui confère  son poste ou son secteur d’activité précèdent.  

Possibilité de renforcer la formation de l’employé : l’employé que vient nouvellement de recruter l’entreprise va faire une formation assez précise, car validée en amont par cette dernière.  

Le concept du reskilling institué par le POEI (Préparation Opérationnelle à l’Emploi Individuel)

Le concept du reskilling est encadré par le POEI (Préparation Opérationnelle à l’Emploi Individuel), institué en  2009 au sein de Pôle Emploi. 

Le POEI (Préparation Opérationnelle à l’Emploi Individuel) est une initiative  de Pôle Emploi qui propose de financer la formation d’un candidat recruté sur un poste pour lequel l’entreprise n’aurait pas toutes les compétences requises au préalable.

En somme, le POEI est la fusion du processus de recrutement et de la formation.

Le reskilling est à la charge de qui ?

La préparation opérationnelle à l’emploi individuel, mise en place  par l’entreprise qui recrute, peut prendre en charge jusqu’à 400 heures* de formation et peut se faire à temps plein ou temps partiel. La formation doit être réalisée soit par un organisme de formation interne à l’entreprise qui vous recrute, soit par un organisme de formation externe à l’entreprise qui vous recrute.

Une aide au financement de la formation est versée à l’employeur une fois la formation réalisée à l’appui de votre embauche :

  • aide maximale de 5 € par heure de formation réalisée par un organisme de formation interne à l’entreprise qui vous recrute, dans la limite de 2 000 €,
  • aide maximale de 8 €  par heure de formation réalisée par un organisme de formation externe à l’entreprise qui vous recrute, soit 3 200 € au maximum pour 400h de formation,
  • un co-financement de l’OPCO pourrait être envisagé,
Le Pavillon des Entrepreneurs - Business

Ne confondons pas reskilling avec upskilling

Encore connu sous le nom de formation continue, l’upskilling consiste pour un salarié à apprendre au sein de l’entreprise pour laquelle il travaille afin d’acquérir des  nouvelles compétences qui vont l’aider à mieux résoudre des problématiques liées à son travail.  Considérée comme une sorte de mise à niveau, cette approche formative est souvent nécessaire pour des potentielles promotions des employés dans une entreprise. Avoir des nouvelles responsabilités implique aussi d’avoir les aptitudes nécessaires afin de mener à bien les différentes missions liées au nouveau poste ou à la promotion.  

Contrairement au reskilling, l’upskilling permet de mettre ses  connaissances à jour afin d’être plus productif et efficace dans sa branche et dans la même entreprise.

Cette mise à jour est aussi une sorte de garantie pour l’avenir par rapport à des futures opportunités qui peuvent se présenter à l’employé.  

LAISSER UN COMMENTAIRE

un × quatre =

0 Partages
0 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez