Comment installer un poste de travail tms  ?

Fatigue visuelle, troubles musculosquelettiques (TMS), stress sont des risques liès au travail prolongé sur un poste de travail informatique mal aménagé. Huit personnes sur dix se plaignent d’inconfort lié à un poste de travail inadapté. Comment prévenir les risques liées à un poste informatique de travail mal adapté ?

Prévenir les risques du travail sur écran

Nous rappelons que l’employeur doit à ces salariés la mise en place des moyens pour réaliser son travail. Les actions de prévention des risques professionnels font partie de la liste des obligations d’un employeur envers ses salariés.

Le Code du travail impose à l’employeur « d’adapter le travail à l’homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail, le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production… ». Article L4121-2 du code du travail. Installer un poste de travail informatique ergonomique quand vous avez des collaborateurs dansvos bureaux qui y travaillent de façon prolongée est donc une prérogative pour l’entreprise.

Pour prévenir et limiter les effets négatifs sur la santé de vos collaborateurs liés au travail sur écran, il convient d’être vigilant à l’aménagement de leur poste informatique de travail. 

Quand le poste de travail tms et l’organisation de l’environnement matériel de son bureau ne sont pas adaptés, le travail peut entraîner l’apparition de plusieurs effets négatifs sur le corps et le mental du collaborateur. Les principaux risques du travail sur écran sont : troubles musculo-squelettiques (TMS), fatigue visuelle et le stress

Les troubles musculo-squelettiques (TMS)

Les TMS générés par le travail sur écran sont multiples et liés à une posture statique inadaptée pendant de longues heures et à la réalisation de tâches monotones répétitives : mal au dos, au cou, aux épaules, aux bras, aux avant-bras, aux poignets… 

Les troubles de TMS sont nombreux : lombalgies, tendinites, névralgies, syndrome du canal carpien, Ce sont des problèmes sérieux qui peuvent handicaper le collaborateurs durant longtemps, lui imposer un arrêt de travail voir une opération chirurgicale. Ces troubles musculo-squelettiques peuvent être reconnus comme maladie professionnelle.

La fatigue visuelle

Les effets de fatigue visuelle sont les lots quotidiens de nombreux travailleurs sur écran : yeux fatigués, maux de têtes, picotements des yeux… Les effets de la fatigues oculaires sont nombreux :

  • Baisse de la vue (acuité visuelle) au cours de la journée.
  • Difficultés d’accommodation en passant de la vision de loin à la vision de près.
  • Vision brouillée, voire floue.
  • Champ de vision altéré.
  • Sensation de voir double (diplopie).
  • Sensation d’éblouissement.
  • Yeux irrités ou rouges.
  • Sensation de brûlure ou de picotement dans les yeux.
  • Maux de tête.
  • Paupière qui tremble.
  • Douleurs oculaires dans ou autour des yeux.

La fatigue visuelle a une influence directe sur la qualité du travail effectué puisque le rythme de lecture et la capacité à intégrer les informations est diminué.

Le stress

Une position de travail non ergonomique agit sur le corps humain et lui exige du stress. Parmi les effets physiques que cela peut avoir, on compte notamment :

  • Une pression importante sur les articulations à cause de la position assise prolongée. 
  • Une diminution de la flexibilité.
  • Une moins bonne circulation sanguine.
  • Une digestion moins efficace à cause de la compression des organes par la position assise prolongée.
  • L’apparition possible de douleurs chroniques, qui peuvent causer un stress psychologique et des effets sur la santé mentale.
  • Apparition de diabète, les maladies cardiovasculaires, certains types de cancers si vous ne faites pas d’activités physiques.

Il est important d’adopter une position de travail ergonomique pour réduire les effets négatifs sur la santé. Il est aussi essentiel d’adopter les bonnes habitudes au travail pour réduire le stress qui est exercée sur le corps lorsqu’on est en position prolongée assise. 

Comment installer son poste de travail tms ?

Lorsque vous vous réglez à votre poste de travail, plusieurs éléments sont à prendre en compte :

  • vos coudes doivent être positionnés avec un angle à 90° ;
  • le dos doit être droit ou légèrement en arrière ;
  • la tête doit être droite ou légèrement en avant ;
  • le clavier doit se situer entre 10 et 15 cm du bord du bureau ;
  • la hauteur de l’écran d’ordinateur doit être alignée sur les yeux ;

Le choix du matériel est donc très important. Fauteuil de bureau et écran doivent pouvoir s’adapter à votre morphologie pour prétendre être un poste de travail informatique ergonomique. Voyons les critères de choix du matériels élémentaires à son bureau.

Votre fauteuil tms doit avoir :

  • des accoudoirs réglables en quatre dimensions ;
  • un dossier suffisamment haut pour remonter jusqu’aux épaules ;
  • un réglage au niveau des lombaires ;
  • possibilité de déverrouiller le dossier ;
  • des roulettes

Pensez à vous équiper d’un repose-pieds si vous mesurez moins d’1,75 m.

Quant à l’écran, il doit :

  • Pouvoir s’incliner de -/+20° pour l’adapter à votre vue et l’environnement lumineux ;
  • Rotatif pour être le plus en face de vous et vos interlocuteurs ;
  • Réglable en hauteur pour adapter la dalle à votre ligne de vision ;
  • d’au moins 17 pouces ou alors doublé ;
  • d’au moins 60 Hz pour éviter des effets de scintillements qui fatiguent les yeux

Quelles habitudes prendre pour limiter les risques liés à une sédentarisation au bureau

D’abord, il est important d’adopter une position de travail ergonomique pour réduire les effets négatifs sur la santé. Il est aussi essentiel d’adopter les bonnes habitudes au travail pour réduire la pression qui est exercée sur le corps lorsqu’on est en position assise. Voici en ce sens quelques conseils :

  • Se munir d’un espace de travail bien adapté. Ici, on parle notamment de la hauteur du bureau, de la disposition de l’ordinateur, d’une chaise de travail adaptée, etc. Il est possible de faire appel aux services d’un ergonome pour s’assurer d’avoir un poste de travail ergonomique.
  • Faire régulièrement des petits étirements, notamment au cou et aux poignets, pour diminuer la pression sur ces articulations.
  • Se lever régulièrement, soit environ 5 minutes toutes les heures, pour prendre une petite marche.
  • Pour s’hydrater, privilégier un petit verre, plutôt qu’une grosse bouteille. Cela nous pousse à nous lever plus souvent.

Conseils simples pour la prévention des TMS (troubles musculosquelettiques)

Vous pouvez éviter les troubles musculo-squelettiques en vous attaquant aux facteurs qui les provoquent. Comprendre les causes profondes des TMS peut aider à les prévenir. Il est également essentiel d’adapter son comportement dans vos activités professionnelles.

Dans votre activité quotidienne ou professionnelle, vous devez toujours effectuer chaque mouvement dans la posture la plus confortable pour les muscles les plus sollicités et éviter toute possibilité de contorsion.

Lorsque vous êtes à la maison et pendant vos loisirs, un exercice régulier est bénéfique pour maintenir la souplesse et la force des articulations. Des exercices d’échauffement sont généralement bénéfiques avant toute activité physique importante et ce même au travail. Certaines entreprises ont instauré des échauffements collectifs avant de commencer leur travail.

Prévenir les risques de tms au travail nécessite l’implication de l’entreprise. Les dangers des TMS au travail doivent être réduits au minimum.

Cela se fait en trois phases :

  • tout d’abord, le diagnostic permet de reconnaître et de comprendre les circonstances qui pourraient être à risque de TMS ;
  • Il est ensuite possible de prendre des mesures à partir de cette base :
    • en réduisant les contraintes
    • en modifiant les postes de travail
    • en coordonnant la production ;
    • en contrôlant les mesures prises par l’entreprise pour réduire la probabilité de récidive.
  • Enfin, il est essentiel d’évaluer les actions entreprises, de mesurer leur efficacité et d’ajuster les mesures si nécessaire.

La démarche de prévention nécessite la participation de tous les acteurs de l’entreprise (employeurs, salariés, représentants du personnel, services de santé au travail) et, occasionnellement, des services de prévention et de gestion des risques professionnels (associations régionales pour l’amélioration des conditions de travail, CRAM, ARSAT, etc.)

Les actions de prévention des TMS portent sur :

  • l’organisation du poste et des conditions de travail, par la réduction des gestes répétés, l’aménagement des postes de travail, l’introduction de micro pauses pour récupérer et une amélioration de l’environnement physique (éclairage ou froid, chaleur, ) ;
  • la diversification des tâches ainsi que la formulation d’objectifs clairs et l’amélioration de la formation, etc.
  • l’adaptation des outils aux besoins de l’utilisateur ;
  • la modification de l’équipement pour atténuer les vibrations, par exemple, sans avoir à oublier les équipements de protection individuelle

Cependant, une bonne hygiène de vie est le meilleur moyen d’empêcher le développement de troubles musculo-squelettiques. Chacun peut prendre quelques mesures simples pour aider à prévenir les TMS : bien dormir et maintenir la masse musculaire ; boire beaucoup d’eau et manger sainement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

18 + 19 =

0 Partages
0 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez