La formation en situation de travail, c’est quoi ?

Depuis que la formation en situation de travail (AFEST) a fait son entrée dans le Code du travail, le sujet en intéresse plus d’un. Si pour certains la thématique est toute simple et assez claire, pour d’autres encore, elle reste toujours floue. De nombreuses questions restent encore posées et sont toujours sans réponses à propos de ce sujet. Qu’est-ce que la formation en situation de travail ? On en parle dans cet article.

Définition de la formation en situation de travail

La formation en situation de travail que l’on désigne encore par AFEST désignant Action de formation en situation de travail a été définie par la Loi Avenir du 5 septembre 2018. Selon cette loi, une formation en situation d’apprentissage est un parcours pédagogique permettant d’atteindre un objectif professionnel. Ce parcours peut être réalisé en tout ou partie à distance. Il peut également être réalisé en situation de travail.

À travers cette définition, il ressort essentiellement que la formation en situation de travail vise à améliorer les compétences des professionnels en vue de les amener à atteindre des buts bien précis. Cela dit, quelles sont alors les conditions de mise en œuvre de cette formation en situation de travail ?

Les conditions de mise en œuvre de la formation en situation de travail

Pour mettre en place une formation en situation de travail, quatre critères légaux doivent être réunis. Ces différents critères sont définis dans le décret numéro 2018-1 341 du 28 décembre 2018 et sont les suivants :

  • l’analyse de l’activité de travail afin de l’adapter à des fins pédagogiques
  • la désignation préalable d’un formateur capable d’exercer une fonction tutorale
  • la mise en place de phases réflexives
  • et l’évaluation spécifique des acquis de la formation.

Une formation en situation de travail dure généralement une demi-journée. Toutefois, existe-t-il une différence entre formations en situation de travail et la formation informelle ?

Distinction entre formation en situation de travail et formation informelle

De nombreuses personnes confondent la formation en situation de travail avec la formation informelle. S’il est vrai que ces deux types de formations ont des similitudes, il est tout aussi vrai qu’ils possèdent bien des différences.

Ainsi, la formation en situation de travail est bien plus formelle que la situation informelle. Si la première est axée sur une bonne organisation, la deuxième peut se faire sur le tas ou simplement avec l’aide d’un simple collègue de travail. Aussi, la formation en situation de travail obéit à des critères légaux pendant que la formation informelle n’est pas vraiment soumise à des critères imposables.

Concrètement, à qui s’adresse une formation en situation de travail ?

Les bénéficiaires d’une formation en situation de travail

D’aucuns pensent que la formation en situation de travail est exclusivement réservée pour une frange de professionnels. Mais il n’en est rien. Cette formation est destinée à toutes les personnes qui désirent acquérir de nouvelles compétences. De plus, la formation s’adapte à toutes sortes d’entreprises, qu’il s’agisse d’un grand groupe ou d’une entreprise de petite taille.

Cependant, la formation est beaucoup plus tournée vers les TPE et les PME qui auront par suite à charge de former à leur tour leurs paires de façon efficace en entreprise pour que tous soient au même niveau de compétences ou d’informations.

Dans la pratique, le professionnel qui doit assurer la formation en situation de travail joue un rôle prépondérant dans le processus. C’est la raison pour laquelle le formateur est choisi avec soin.

Les qualifications nécessaires pour être formateur

Pour être formateur, il faut prouver certaines compétences. Cependant, le formateur peut être un expert dans le domaine spécifique par exemple. N’étant pas un formateur traditionnel, il doit avoir une bonne capacité didactique afin de donner des explications complètes et vraies. Aussi, il doit être en mesure de mener à bien les phases réflexives afin que l’apprenant comprenne bien le sujet.

Dans l’exercice de ce rôle, il est difficile par exemple pour un manager d’être performant, car ce dernier a plutôt le profil d’un évaluateur. Le formateur a contrario est un accompagnateur qui comprend les difficultés de l’apprenant et l’aide à acquérir de nouvelles compétences. Qu’il soit interne ou externe à l’entreprise, le formateur se doit d’avoir une parfaite maîtrise du sujet de la formation pour en être à la hauteur. Aussi, obligation n’est pas faite aux formateurs d’avoir une certification, mais il arrive qu’une certification soit demandée pour attester de la compétence de ce dernier.

Le déroulé d’une journée de formation en situation de travail

Il est important qu’une journée de formation en situation de travail ne commence pas le jour J. Il y a un travail en amont qui s’effectue pour que la journée se déroule dans de bonnes conditions. Ainsi, un point sur les actions de développement des compétences à mettre en place en fonction de l’objectif ou des objectifs professionnels préalablement définis est fait avant le début de la journée proprement dite.

La journée est découpée en deux grandes parties bien distinctes. Généralement, la matinée est consacrée à la partie théorie. Cette phase permet au formateur de voir l’apprenant dans ses conditions de travail. Ainsi, il saura exactement quelles sont les insuffisances de ce dernier afin de l’aider au mieux.

Dans l’après-midi, la phase opérationnelle prend place avec la mise en pratique de toutes les théories de la matinée. Ce faisant, l’apprenant développe les nouvelles compétences enseignées par le formateur.

Voilà pour l’essentiel à savoir sur la formation en situation de travail. N’hésitez pas à vous renseigner davantage pour avoir de plus amples informations sur le sujet.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

20 + quatre =

3 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez3