Entrepreneurs : la distinctivité de votre marque l’emporte sur la différenciation de vos offres

En apparence, le phénomène de la mondialisation et de la globalisation de l’économie ne cesse pas d’avoir des incidences majeures sur le comportement des consommateurs actuels. Au départ, les petits commerces se sont répandus un peu partout pour donner des services adaptés à proximité de notre espace de vie. Cependant, suite à l’avènement de l’internet et de la mondialisation, un nouveau type de concurrents s’est apparu. En vérité, cette nouvelle catégorie de concurrent ne situe plus tout près d’un point de vente traditionnel comme ce qui s’est passé auparavant, elle se trouve à l’autre bout de la planète en brandissant des prix très compétitifs.

Concept de différenciation de la vache pourpre

Pour sortir de cette emprise insoutenable, toutes les entreprises doivent définir des plans stratégiques plus ou moins performants. À cet effet, divers concepts se sont apparus pour l’illumination des dirigeants des entreprises commerciales dans l’exercice de leur fonction. Toutefois, dans la lecture de ces plans d’action stratégiques, il importe d’entreprendre des analyses approfondies quant à leur application dans la recherche d’une meilleure performance.

Diverses lignes de conduite ont été avancées pour aider les dirigeants d’entreprise pour trouver de nouvelles façons de faire leur métier. Ces types de concept essaient d’insister sur l’apport différenciant de valeur que doit apporter l’entreprise D’autant plus, pour se permettre d’avoir l’accès à un développement efficient, le fait d’être concurrentiel devient une nécessité absolue et même une obligation incontournable pour le moins qu’on puisse dire. Ce noble choix reste toujours valable pour tous les secteurs d’activité. Se différencier de la concurrence doit être constitué le principe de base des actions menées par les instances dirigeantes d’une entreprise.

En principe, c’est grâce à la concurrence que les clients peuvent profiter des prix bas et abordables. De surcroît, grâce à la prédominance de la concurrence que la qualité de service ne cesse pas de s’améliorer davantage à la grande satisfaction des clients les plus fidèles. Ainsi, différentes manières sont disponibles pour se différencier de la concurrence. A l’inverse de certaines directives qui prônent dans son essence la sortie du territoire ultra-concurrentiel de l’océan rouge pour trouver refuge dans l’océan bleu, un océan où seront bannies systématiquement toutes les formes de concurrence. En argumentant de la sorte, l’idée-force s’est focalisée sur la définition d’un territoire plus différencié en absence de la concurrence.

D’ailleurs, selon ce courant d’idées, pour susciter l’intérêt de ses clients, l’entreprise doit adopter une nouvelle forme de comportement. Elle doit être capable de se différencier au lieu de consacrer un budget colossal pour la réalisation des campagnes publicitaires à grandes pompes. L’intégration de l’innovation dans le produit comporte la primauté du principe.

La pénétration comme objectif principal

En effet, selon certaines écoles de pensée, la croissance d’une marque dépend surtout sur sa capacité d’attraction de nouveaux clients. En outre, il faut également remettre en cause l’idée selon laquelle ses plus gros clients se concentrent sur l’achat des 80 % de ses produits. L’application de ce concept dans l’évaluation de la croissance d’une marque peut amener à des erreurs stratégiques qu’il faut à tout prix éviter.

À vrai dire, les 80 % des volumes d’une marque donnée ne sont pas toujours consommés uniquement par les 20 % des clients potentiels, il faut également prendre en compte le pourcentage des achats effectués par les petits acheteurs. C’est en tournant aux petits utilisateurs qu’on arrive à relancer la croissance d’une marque. Étant donné que les gros clients potentiels ont déjà acquis leur point limite dans l’achat des produits offerts par l’entreprise. Bien entendu, les petits utilisateurs du produit ne font que des achats sporadiques.

Toutefois, par considération de l’intégralité de tous les achats réalisés par cette catégorie de consommateur, on n’est pratiquement pas éloigné d’un volume non négligeable. Ce qui fait ressortir que des fois, il est aussi important de favoriser l’augmentation de la pénétration. La croissance d’une marque ne doit plus s’articuler autour de la fidélité des clients. Il faut tenir compte du volume des transactions perpétré par des achats effectués d’autres clients temporaires. C’est en quelque sorte l’idée-force de la pénétration dans la gestion de la croissance d’une marque au sein d’une entreprise.

La doctrine de différenciation induit en erreur

Effectivement, pour parvenir à un meilleur succès, une marque doit présenter une certaine distinction par rapport à ses concurrents. D’ailleurs, du point de vue économique, l’on pourrait amener à penser à un marché d’une concurrence parfaite. De cette manière, la différenciation par l’offre des produits constitue l’une des caractéristiques fondamentales d’un tel marché. D’autant plus, il faut reconnaitre que la différenciation par le produit permet à la marque de se positionner à un classement du premier plan aux yeux des consommateurs. Ce qui peut propulser la marque à un niveau plus compétitif par rapport aux autres.

Dans le sillage de ce processus, la différenciation prend racine au niveau de l’offre et non pas en fonction de la marque. En réalité, les consommateurs auront toujours tendance à faire des achats combinés de plusieurs marques sans se soucier de la différenciation de la marque en question. C’est ainsi que le fait d’ignorer complètement ce comportement des clients peut aboutir à une démarche trop risquée. Cette erreur d’appréciation aurait pour effet l’isolation de la marque fortement enrichie en dehors des choix de la clientèle potentielle. Pratiquement, la différenciation au niveau de la marque ne constitue pas toujours une force de propulsion des achats de certains consommateurs moyens. Au fait, on ne peut pas exclure qu’un petit groupe des usagers fassent partie des fans inconditionnels d’une marque donnée.

Quoi qu’il en soit, dans l’élaboration de sa stratégie de croissance, il importe de ne pas favoriser cette poignée de clients pour ne pas induire en erreur toutes les décisions visant à libération de la marque.

La distinctivité l’emporte sur la différenciation

Pour parvenir à une activité promotionnelle efficace d’une marque, les marketeurs doivent s’acharner à réaliser en permanence un caractère distinctif du label. Certes, la distinctivité d’une marque trouve son attachement à une identité qui lui est spécifique. De toute manière, celle-ci reste dépendante de ses assets distinctifs. D’autant plus, ce qu’il ne faut pas aussi perdre de vue dans le cadre de ce concept c’est surtout le point considérant que ces assets distinctifs d’une marque sont susceptibles d’être brevetés. Ils sont par la suite devenus des propriétés légales de leur promoteur, contrairement à la différenciation par la marque.

Parmi les assets distinctifs, on peut citer les éléments qui s’ensuivent :

  • Au tout premier plan, la qualité de votre offre, de vos services
  • Ensuite, la puissance de la marque
  • Enfin les stratégies marketing et commerciales

Tous ces éléments ont été mis en relief pour aider les acheteurs à mieux reconnaître la marque lors de leur comportement d’achat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

5 × trois =

1 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer1
Partagez