Les nouveautés de la réforme fiscale Macron : les impôts et les placements

Dans le cadre de son programme électoral, Emmanuel Macron vient de lever l’ombre sur certains points de la réforme fiscale qu’il compte mener dans le projet de loi de finances pour 2018. Des prélèvements sur les revenus de l’épargne au « flat tax » sur les bénéfices en bourse, plusieurs axes seront touchés ce qui influencera certainement le rendement de vos placements et la gestion de vos impôts. D’ailleurs, le gouvernement se vante de sa nouvelle politique fiscale en affirmant que les impôts vont baisser de 10 milliards d’euros avec la redistribution du pouvoir d’achat vers tous les actifs, selon les déclarations du Premier ministre, Edouard Philippe. Décryptage.

 

La réforme fiscale Macron : L’assurance-vie

La nouvelle mesure concernant l’assurance-vie implique un redressement de la taxation des bénéfices, à savoir pour les flux à venir » qui sont supérieur à 150,000 euros détenus en assurance-vie.  De l’autre côté, il a été décidé de maintenir les abattements de 4.600 et 9.200 euros prélevés après 8 ans de détention.

Cette procédure reste moyennement positive à la limite où elle assure la continuation des avantages du régime fiscal de l’assurance-vie, à savoir une faible imposition des gains et des droits de succession auxquels échappent la plupart des décès. Ce système incite davantage ceux qui ont de la liquidité à investir en assurance-vie pour profiter de cette réforme avantageuse.  

 

La nouvelle stratégie fiscale de Macron : Le plan d’épargne logement (PEL)

Les personnes qui désirent acquérir un logement bénéficient du dispositif du plan d’épargne logement (PEL). Après réforme, les intérêts seront imposés par prélèvement forfaitaire unique et ce à partir de la première année. Pour les PEL ouverts déjà avant 2018, la nouvelle mesure ne les concerne pas : ils resteront alors exonérés jusqu’à leur 12ème anniversaire.

 

Plan fiscal 2018 : Les prélèvements forfaitaires uniques  à environ 30%

Avec l’inclusion des prélèvements sociaux, le prélèvement forfaitaire unique à environ 30% (PFU) sera appliqué sur les intérêts bancaires, les Plans d’épargne logement (PEL), les plus-values de cession de valeurs mobilières et les dividendes. Resteront exonérés d’impôt l’épargne salariale et le plan d’épargne en actions (PEA). Cette exonération permet d’ouvrir les yeux sur de réelles opportunités d’investissement en bourse.

 

Projet de la loi de finances 2018 : l’Impôt de solidarité sur la fortune

Une nouvelle mesure au profil des redevables de l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) verra bientôt le jour. La réforme de Macron inclut la transformation de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière (IFI) à partir de janvier 2018 avec l’ancien barème qui est le suivant :

  • Seuil d’imposition = 1.3 million d’euros
  • Abattement = 30ù sur la résidence principale

De l’autre coté, il n’y aura pas de prolongement pour le dispositif ISF-PME. Ceci profitera alors aux redevables de l’ISF qui auront moins d’impôts à payer.

 

La stratégie fiscale Macron : Les pensions

C’est un petit point d’ombre dans la nouvelle politique fiscale du gouvernement sous l’ère Macron. En effet, il a été décidé d’augmenter la Cotisation sociale généralisée (CSG) de 1.7 point à compter de janvier 2017. Une décision qui fait école, notamment chez les retraités qui ont manifesté leur mécontentement, étant donné la perte qu’ils encourent sur leurs pensions : le cabinet FIdroit estime, d’ailleurs, qu’un retraité percevant une pension mensuelle de 3,000 euros perdra jusqu’à 50 euros par mois de pouvoir d’achat après suite à cette réforme.

 

Plan fiscal Macron : Les salaires

La nouvelle réforme fera bénéficier les salariés d’une augmentation considérable de leur pouvoir d’achat en 2018 : il a été décidé de supprimer les charges salariales, à savoir les cotisations salariales pour maladie et chômage vers la CSG en deux étapes. Ceci fera gagner 504 euros de pouvoir d’achat par mois à un salarié qui perçoit 5000 euros brut par mois, selon les estimations du cabinet Fidroit.  

 

Réforme fiscale Macron : La taxe d’habitation

A partir de 2018, les ménages qui déclarent un revenu fiscal annuel de 27,000 euros au maximum et de 43,000 euros quand il s’agit de couple sans enfant, seront exonérés d’impôts en trois ans.

 

 Conclusion générale

La nouvelle réforme, à inclure dans la loi de finances pour 2018, aura certes des incidences sur le rendement des contrats de l’assurance-vie, des actifs immobiliers et boursier, mais elle incitera en revanche les épargnants à tirer plus de gains de leurs placements. Cependant, tout reste à confirmer étant donné qu’il y aura prochainement un débat parlementaire capable de renverser la situation.  

Beaucoup de questions restent également sont réponse à l’issue de l’annonce de la nouvelle stratégie fiscale du gouvernement français. Cela concerne principalement les bénéficiaires du changement de l’ISF qui s’interrogent sur le sort des dispositifs destinés aux Sociétés civiles immobilières (SCI) familiales et les Organismes de placement collectif immobilier (OPCI).

LAISSER UN COMMENTAIRE

2 × quatre =

Tweetez
Partagez7
Enregistrer
+1
Partagez1
8 Partages