Faut-il emprunter quand mon entreprise a de la trésorerie ?

La question pourrait paraître saugrenue voire déplacée pourtant elle mérite d’être posée : ne serait il pas plus judicieux pour un entrepreneur d’emprunter quand bien même il disposerait de suffisamment de liquidités (cash) ? Chaque cas étant particulier et spécifique, il convient plutôt de bien comprendre ces deux notions. Nous vous expliquerons donc tout d’abord les deux cycles principaux de financement d’une société avant d’évoquer les avantages spécifiques du cash et de l’emprunt.

Les différents cycles de financement d’une entreprise

L’exploitation

Il s’agit d’une période correspondant à la durée qui s’écoule entre le règlement de la facture des achats de matières premières chez les fournisseurs pour lancer la production et le début des encaissements des ventes réalisées auprès de vos clients finaux. L’entreprise doit ainsi bénéficier d’une trésorerie suffisante afin de faire face à cette période souvent délicate en fonction de son secteur d’activité (notamment dans le domaine industriel). A signaler également que ce cycle est qualifié de court terme car il se répète plusieurs fois dans une même année.

L’investissement

Contrairement au cycle d’exploitation, l’investissement se déroule sur le long terme (plusieurs années). Concrètement, il s’agit d’imputer comptablement le montant de l’investissement tout au long de son utilisation. Ainsi, si vous réalisez un investissement pour les dix prochaines années, vous ne comptabiliserez pas l’intégralité du montant de cet investissement dès la première année. Vous lisserez plutôt sur 10 ans cette charge. La principale problématique pour ce cycle reste sa méthode de financement. Faut il emprunter ou utiliser l’argent disponible au risque de plus pouvoir assurer le cycle d’exploitation ?

A quoi peut servir le cash ?

Faisons un point maintenant sur les principales utilisations de la trésorerie d’une société en dehors de sa mission première à savoir le financement du cycle d’exploitation. Cet argent disponible en réserve permet principalement de faire face en cas de difficultés passagères (et non structurelles au risque de déposer le bilan). Il sera également intéressant de l’utiliser comme apport ou caution lorsque vous effectuerez une demande d’emprunt auprès des établissements bancaires. Une entreprise avec de nombreux liquidités en réserve attirera aussi bien plus facilement d’éventuels investisseurs. Enfin sachez qu’en cas de cession de la société, l’argent disponible peut être récupéré par les dirigeants sous la forme de dividendes.

Les avantages de l’emprunt

Outre le fait de ne pas affecter vos liquidités en réserve, l’emprunt bancaire possède également l’avantage d’être intéressant sur le plan fiscal pour votre entreprise. En effet, les intérêts d’emprunt constituent une charge comptable pour la société venant ainsi impacter négativement son résultat…et donc les impôts (notamment l’Impôt sur les Sociétés) qui lui sont directement associés ! On considère ainsi qu’au final les deux tiers du remboursement des intérêts sont effectivement pris en charge par la société emprunteuse. Attention toutefois à ne pas abuser de l’emprunt au risque de mettre les finances de votre boîte dans le rouge. Vous devrez donc toujours vous assurer de disposer des fonds nécessaires pour couvrir le règlement des intérêts supplémentaires. Dans le cas contraire, vous mettrez en péril le capital de la société et l’exposerez inutilement à des risques de redressement ou de liquidation judiciaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

dix-neuf − six =

Tweetez
Partagez41
Enregistrer
+1
Partagez1
1 Partages