Comment est calculé le montant de la retraite de base ?

Pouvant se définir comme une pension de retraite de premier niveau en France, la retraite de base est la rémunération perçue par les retraités pour qu’ils essayent de vivre sans trop se peiner. Il s’agit en quelque sorte d’une compensation de leur travail accompli durant des années. Celle-ci s’applique à tous les affiliés à une ou plusieurs caisses de retraite. Plusieurs éléments concourent à l’établissement du montant de la retraite. Il existe entre autre le nombre d’année de service, l’activité exercée, la date de naissance, etc. Ainsi, pour calculer la pension de retraite, il faut obligatoirement tenir compte du montant de son salaire par an (revenu annuel moyen), le taux de liquidation de la retraite et le nombre de trimestres cotisés.

 

Le revenu annuel moyen

Il est question de la moyenne arithmétique des salaires. En fait, cette moyenne tient compte des revenus cotisés par l’assuré au cours des vingt cinq années de travail. Il s’agit en d’autres termes des cotisations annuelles versées par les salariés et non salariés. En ce qui concerne les fonctionnaires, on calcule la moyenne des revenus des six derniers mois. Autrement dit, c’est le calcul de la moyenne des traitements indiciaires qu’il est question à ce niveau.

Ainsi, pour trouver le montant de la retraite de base, on tient compte du calcul des cotisations versées à la caisse de retraite par l’assuré dans l’optique de préparer sa retraite (prématurée ou atteinte).

 

La durée d’assurance

Il s’agit du nombre total de trimestres que l’assuré a cotisés pour entrer en possession de sa pension de retraite. Au regard de cela, la durée d’assurance maximale se détermine via l’année de naissance de l’assuré. Avoir un chiffre exact du nombre de trimestre est quasi impossible. Voilà pourquoi, il est compris dans l’intervalle 160 à 172 selon l’année de naissance de l’assuré. Bref, c’est la durée de l’assurance demandée. Cette dernière donne le chiffre exact de trimestres qui permet à l’assuré après totalisation d’entrer en possession de toute sa pension.

 

De plus, le respect de la durée d’assurance rime avec carrière achevée ou complète. Cela permet de bénéficier d’une retraite totale. Mais lorsque l’assuré est affilé à différents régimes, il obtiendra de ces derniers la proportion qui lui revint. C’est dire que chaque régime attribuera la part exacte appartenant à l’assuré. Grâce au nombre de trimestres de l’assuré, ces régimes exécuteront ainsi le calcul de la pension de retraite.

 

En outre, il faut noter qu’il y a de forte chance d’obtenir des augmentations sur la durée de l’assurance dans certaines situations. Ces dites augmentations peuvent avoir un lien avec l’âge de l’assuré ou un enfant. La hausse qui concerne l’enfant est souvent appelée la majoration maternité. Les femmes sont le plus souvent bénéficiaires. Cette majoration reste possible si ces femmes se trouvent en période de maternité ou d’accouchement. De plus, même en cas de décès de l’enfant, la majoration est toujours possible. En plus des cas de majoration cités plus haut, il en existe plein d’autres. En effet, adopter un enfant et prendre en charge son éducation permet aux parents de bénéficier durant les quatre premières années d’une augmentation. L’origine de cette dernière réside sur l’influence de la venue ou de l’adoption de l’enfant dans la carrière professionnelle du parent. Ladite augmentation reste envisageable si la naissance et l’adoption des enfants se font à compter du 1er janvier 2010. Elle a une durée de quatre trimestres.

Enfin, s’ajoute l’augmentation en rapport avec l’âge. Elle se rapporte aux assurés dont l’âge dépasse celui demandé par les régimes. De plus, elle ne possède pas le barème de trimestre d’assurance exigé dans la casse de retraite générale. Dans ces deux cas, ces assurés ont la possibilité de profiter du montant total de la retraite sans aucun rabais des caisses. 2,5% est la majoration obtenue par ces personnes dont l’âge demandé est en quelque sorte obsolète. En plus de ces types de majoration, il y a également celle ayant trait aux personnes invalides et un compte de prévention de la pénibilité. Il faut noter que seuls les assurés pourront en jouir.

 

Le taux de liquidation

Cet aspect s’exécute automatiquement au revenu moyen par an. Il est indiqué par la durée d’assurance. De ce fait, pour calculer le taux de liquidation, il faut utiliser le présumé taux élevé de l’assuré. Généralement, 50% représente le taux plein. Lorsque l’assuré atteint l’âge requis, ledit taux est aussi atteint. La variation de l’âge se fait dans l’intervalle de 65 et 67 ans : il s’agit d’un taux plein automatique. En cas de non appartenance aux situations évoquées plus haut, le taux de liquidation est inachevé.

Par ailleurs, si l’assuré maximise ses cotisations auprès des caisses de retraite, il bénéficiera de plusieurs avantages, en l’occurrence l’augmentation de sa durée d’assurance d’une part et l’acquisition des trimestres de retraite d’autre part. Ainsi, il pourra disposer d’une pension retraite à taux plein. Néanmoins, il y a des exceptions qui permettent à certaines personnes ayant l’âge requis de percevoir une retraite à taux plein sans aucune durée d’assurance. Les travailleurs invalides et inaptes en sont des exemples palpables.

Le minimum contributif est en quelque sorte le prix minimal qu’obtient un assuré après augmentation de sa pension de retraite. Cette majoration étant totalement fixée. Ladite majoration est visible à travers les cotisations de l’assuré au cours des années de travail. La condition pour que cela soit effectif : il faut que l’assuré ait engendré au moins 120 trimestres. Dans le cas échéant, il ne profitera guère de l’augmentation. Pour ce qui est des retraités, le revenu minimum est également important pour déterminer la majoration. Cela s’applique au début du mois d’avril 2009, plus précisément le 1er de ce mois.

Dans le cas où les conditions ne sont par réunies par l’assuré pour jouir de la retraite de base à prix total, il est victime d’une décote. Il s’agit de la diminution de son pourcentage de retraite. Par ailleurs, il pourrait aussi subir une réduction proportionnelle. Cela s’applique chez l’assuré n’ayant pas le total du nombre de trimestres demandés pour disposer de sa retraite. Cependant, il obtiendra une surcote s’il ne cesse de payer ses cotisations même après l’âge autorisé par les régimes.

 

Pour effectuer le calcul du revenu de la pension de retraite, tous les régimes doivent seulement avoir les trimestres obtenus dans ces locaux comme repère. Comment se calcule ce montant ?

 

La formule de calcul de la pension retraite

Pour trouver la somme d’une pension de retraite de base d’un assuré, chaque caisse de retraite s’appuie sur la formule ci-après :

De nombreux atouts ou avantages découlent de la retraite de base. Il y a entre autre la hausse de 10% pour les enfants des assurés (qui ont minimum trois ou plus d’enfants). Ensuite, on a aussi une majoration de 40%, qui s’applique aux personnes âgées au moins de 60 ans et ayant besoin d’être prises en charge ou assistées avant 65 ans.

En somme, voici en quelque sorte la méthode à suivre pour ressortir et fixer le revenu de la retraite de base ainsi que certaines prévalences que cela pouvait engendrer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

3 × 2 =

1 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
+1
Partagez1