Auto-entrepreneur, portage salarial : quel statut choisir ?

Tout savoir sur le portage salarial

Connu chez les Anglo-saxons sous le terme « payrolling » ou « umbrella company », le portage salarial compte actuellement près de 65 000 salariés portés en France. En nette croissance depuis quelques années, ce système devrait permettre la création de 600 000 nouveaux emplois jusqu’en 2025. Zoom sur les caractéristiques de cette forme d’emploi novatrice qui présente de nombreux avantages…

 

Le portage salarial : qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un système permettant d’exercer une activité de manière autonome, tout en bénéficiant des divers avantages du régime général. Une forme de profession hybride qui ne correspond ni à un statut d’entrepreneur (SARL, EURL…), ni à celui d’un salarié « traditionnel ». Ce nouveau type d’emploi atypique prend la forme d’une relation tripartite incluant : une société de portage, un salarié porté, et un client bénéficiant de la mission effectuée par ce même porté. Le concept est simple : un consultant ( lire l’ordonnance qui a permis  d’élargir le portage salarial à tous les consultants autonomes, sans exception) décide de se faire « porter », c’est-à-dire de devenir salarié d’une entreprise de portage.

A la différence par exemple avec l’interim, le portage salarial est basé sur l’autonomie  commerciale et de réalisation, le porté choisit librement sa clientèle, fixe librement ses tarifs et réalise ses prestations en toute autonomie. Dès lors, la possibilité d’intervenir en portage ne se définit en premier lieu ni par le métier, ni par le statut cadre, ni par le type de clientèle, mais par la réelle autonomie du porté.

Dès lors, la relation qu’il entretient avec cette dernière est analogue à celle d’un salarié. L’entreprise de portage se chargeant de la réalisation du bulletin de salaire, de la déclaration d’activité, de la facturation et de la rémunération des portés qui lui sont affiliés. À l’exception de certains métiers réglementés ou liés au service à la personne, le portage salarial permet d’exercer des professions très diversifiées. Contrairement à de nombreux autres status, les avantages du portage sont nombreux.

  1. l’autonomie alliée à la sécurité.
  2. une indépendance libérée des contraintes administratives.
  3. le rattachement à un réseau de conseillers et de consultants permettant d’être guidé sur l’offre et la stratégie commerciale, tout en évitant l’isolement.
  4. la possibilité de tester son activité sans risques.
  5. enfin, la possibilité de bénéficier d’un accompagnement et de formations (individuelles ou collectives).

Le portage constitue ainsi un formidable moyen d’assurer, de façon sécurisée et indépendante, sa reconversion professionnelle pour toutes les personnes en quête d’autonomie.

 

Des différences majeures avec le statut d’auto-entrepreneur…

Malgré quelques similitudes (indépendance, impôts et charges sociales établis exclusivement sur le chiffre d’affaires et les missions réalisés, exercice simplifié de l’activité), le statut du salarié porté et celui de l’auto-entrepreneur sont clairement distincts.

En ce qui concerne la limite du chiffre d’affaires, un porté en est affranchi tandis qu’un auto-entrepreneur ne doit pas dépasser 32 900 euros annuels de chiffre d’affaires pour les activités de services et 82 200 euros annuels pour les activités de vente.

Les faibles charges sociales du statut d’auto-entrepreneurs (21 à 23% de la facturation) peuvent sembler plus avantageuses que le statut d’auto-entrepreneur mais il faut regarder la couverture sociale que cela donne en échange.

Un porté bénéficie d’une couverture sociale, d’une mutuelle, d’une prévoyance et d’une cotisation retraite, alors qu’un auto-entrepreneur est affilié au régime social des indépendants. Selon le choix de la société de portage salarial, et selon certaines conditions les droits à l’assurance chômage sont assurés  .

Le portage salarial est reconnu comme profession et à ce titre est doté d’une convention collective.

Pour sa comptabilité, le porté est déchargé de tout ce qui est d’ordre fiscal, administratif, comptable et juridique par sa société de portage. L’auto-entrepreneur, quant à lui, est obligé de garder toutes ses factures et de noter ses recettes dans un journal.

Au niveau des frais professionnels, ils sont déductibles pour le porté et non déductibles pour l’auto-entrepreneur.

Au niveau des frais de gestion, ceux-ci sont fluctuants selon l’entreprise de portage sélectionné par le porté, tandis qu’ils sont inexistants pour un auto-entrepreneur.

En ce qui concerne la formation et l’accompagnement, le porté étant salarié, il bénéficie du droit à la formation et de l’accompagnement de son entreprise de portage. Un auto-entrepreneur, lui, ne peut pas bénéficier gratuitement d’une formation ou d’un accompagnement.

Enfin, au niveau de la prospection, le porté bénéficie de l’aide de sa société de portage, alors que l’auto-entrepreneur est entièrement livré à lui-même.

 

 

Le choix entre statut auto-entrepreneur et portage salarial dépend aussi de votre situation présente et future.

Le Portage salarial est un outil de transition professionnel qui donne sens à l’autonomie professionnelle.  Bon nombre de nos clients ont débuté leur activité d’indépendant par le portage salarial avant de créer définitivement leur société.

Ce choix dépend aussi de vos prévisions de charges fixes et de résultat. Une étude économique, sociale et fiscale est primordiale pour déterminer lequel des statuts choisir.

 

  1. Pingback: Auto-entrepreneur : pouvez-vous exercer plusieurs activités ?

  2. Pingback: Détail du statut d'auto-entrepreneur. Pourquoi le choisir ?

    • AMOUR
    • 22 décembre 2017
    Répondre

    Plus qu’intéressant !

    Comment procéder pour une étude économique, sociale et fiscale ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

%d blogueurs aiment cette page :