À partir de quel âge peut-on faire liquider sa retraite de base ?

Quel est l’âge minimum pour liquider la retraite de base ?

Avec les différentes législations et les débats liés à l’âge de la retraite, il est parfois difficile de s’y retrouver. En fonction de votre année de naissance et de votre carrière, vous ne répondez pas aux mêmes exigences pour bénéficier d’une retraite à taux plein.

 

Les âges légaux de départ à la retraite

 

Si les assurés nés avant le 1er juillet 1951 peuvent toujours partir à la retraite à 60 ans, l’âge de départ a été progressivement monté à 62 ans pour ceux nés entre le 1er juillet 1951 et le 1er janvier 1955. Les travailleurs nés après cette date ont le choix entre trois cas de figures.

 

La retraite à 62 ans

 

Il s’agit de l’âge légal pour percevoir une retraite à taux plein ainsi que la complémentaire. Un taux plein n’est toutefois possible que si vous avez cotisé un nombre suffisant de trimestres (172 trimestres, soit 43 ans pour toutes les personnes nées après 1973).

 

La retraite à 67 ans

 

A partir de 67 ans, un salarié qui avait continué à travailler parce qu’il n’avait pas cotisé pendant assez longtemps pourra partir en retraite avec un taux maximum, même si le montant de sa pension sera toujours défini au prorata du nombre de trimestres. Certains cas particuliers permettent d’en bénéficier dès 65 ans.

Un assuré a toujours la possibilité de continuer à travailler s’il veut cumuler le nombre de trimestres nécessaires ou s’il désire bénéficier d’une surcote pour chaque année travaillée en plus. Cette surcote peut changer en fonction de la période d’assurance déjà cotisée.

 

La mise à la retraite à 70 ans

 

Un salarié du secteur privé qui avait décidé de continuer à travailler pour bénéficier d’une surcote peut être mis d’office à la retraite par son employeur à cet âge, même sans son consentement. Le travailleur reçoit alors une indemnité de mise à la retraite, égale au montant d’une indemnité de licenciement.

 

Partir à la retraite avant l’âge légal

 

Dans certaines situations assez communes, il est tout à fait possible pour un assuré de partir à la retraite avec un taux plein avant l’âge de 62 ans. Il faut toutefois répondre à un certain nombre de critères.

 

La retraite anticipée pour longue carrière

 

Si vous avez commencé à travailler avant 20 ans, vous devez justifier d’une durée d’assurance cotisée. Sont pris en compte les trimestres cotisés mais aussi les trimestres « réputés cotisés » (dans la limite de 4 trimestres) : service national, chômage indemnisé, maladie et accidents du travail, maternité indemnisée, pension d’invalidité (limite de 2 trimestres).

Vous pouvez prendre votre retraite avant 60 ans si vous justifiez d’au moins 5 trimestres avant la fin de l’année civile de votre 16e anniversaire. Si ces 5 trimestres ont été cotisés avant la fin de l’année civile de votre 20e anniversaire, vous pouvez partir en retraite à partir de 60 ans.

 

Retraite anticipée pour assurés handicapés

 

Tous les assurés atteints par une incapacité permanente d’au moins 50% peuvent bénéficier d’une retraite à taux entier plus tôt. Ils doivent toutefois justifier d’une durée d’assurance minimum d’un nombre minimum de trimestres cotisés. Tous ces chiffres sont définis en fonction de la date de naissance et en fonction de l’âge de démarrage de la retraite.

 

L’incapacité permanente

 

Si l’incapacité permanente d’un assuré a été causée par une maladie professionnelle ou un accident du travail (les accidents de trajet ne sont pas comptés en incapacité), il est possible de partir à la retraite par anticipation à partir de 60 ans avec un taux plein, sous certaines conditions.

A partir de 20% d’incapacité, la seule reconnaissance du handicap suffit à ouvrir les droits à la retraite à taux entier. En deçà, il faut prouver que l’incapacité est liée à une exposition d’un ou plusieurs facteurs de risques professionnels pendant au moins 17 ans. C’est une commission qui doit rendre sa décision dans le deuxième cas.

 

Retraite anticipée pour pénibilité

 

Si votre contrat de travail comporte des risques professionnels avérés, vous devez normalement cumuler des points sur un compte prévention pénibilité. Ces points vous permettent d’avancer au maximum de deux ans l’âge de départ à la retraite. A condition de bénéficier de tous les trimestres exigés, il est donc possible de bénéficier de sa retraite à partir de 60 ans.

 

Si les risques professionnels ont entraîné une incapacité permanente, ce sont les conditions de l’incapacité qui sont mises en place. Depuis 1999, tous les travailleurs ayant été en contact avec de l’amiante peuvent bénéficier d’une préretraite entre 50 et 60 ans, surtout s’ils ont contracté une maladie professionnelle liée à l’exposition. Une allocation est versée aux travailleurs, non cumulable avec une allocation chômage ou une pension de retraite, jusqu’à l’âge où ils peuvent bénéficier de la retraite à taux plein.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

neuf + 4 =

2 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
+1
Partagez2